Fair Trade

Les articles ci-dessous vous donnent à lire l’histoire de deux familles employées dans des projets Fair Trade de Verstegen Spices & Sauces. L’une cultive la vanille dans un petit village de l’Inde et l’autre la noix muscade dans un vieux village aux environs d’Ambon, en Indonésie. Deux pays et deux familles totalement différents pour des projets à l’objectif commun, offrir de meilleures perspectives à ces deux familles en même temps qu’un meilleur impact sur la qualité des matières premières..

Une histoire sur fond de noix muscade

Abdul Rajab Asawala est un jeune paysan de 39 ans. Marié à Djainap Ollong (34), ils habitent avec leurs quatre enfants dans le vieux village de Hila, aux environs d’Ambon, en Indonésie. L’aîné, 19 ans, a obtenu son diplôme de fin d’études secondaires mais n’a malheureusement pas trouvé de travail. Le second, 17 ans, fait ses études au collège. Le numéro trois, 11 ans, est à l’école primaire et le dernier, âgé de 2 ans, reste dans le sari de sa mère.

Rajab a acheté il y a quelques années un lopin de terre dans le quartier dit Uku Telu de son village et y a bâti une maison. Rajab possède 100 muscadiers en propre et en loue 40. Ce qui ne lui donne, somme toute, pas trop de travail, car la forme et l’ampleur des arbres empêche les mauvaises herbes de pousser, sinon que vérifier de temps à autre le mûrissement des fruits. Le véritable travail commence pour lui lorsque le nombre de fruits mûrs pour la récolte est important. Il reste alors longtemps dans son jardin  où il a élevé un walang, sorte d’abri pour la famille où prendre les repas. Il a planté un bon nombre de jeunes arbres qui porteront leurs premiers fruits d’ici 6 à 7 ans seulement et produiront le maximum de leur récolte après 10 ans. Le muscadier peut vivre plus de 50 ans.

Rajab ne manque pas d’énergie. Il a encore un kebon, lopin sur le type des jardins sociaux, où il fait pousser divers légumes pour sa propre consommation et planté d’un certain nombre de girofliers, bananiers, cocotiers et cacaoyers. Chez lui, il fait encore le commerce de cigarettes, de pétrole d’éclairage et il s’occupe de quelques poules dont il vend les poussins. Il a aussi fait l’acquisition d’un certain nombre de grandes bâches qu’il loue dès qu’une fête est donnée quelque part, et trouve encore le temps de s’adonner à son passe-temps favori, la pêche.

Abdul s’est réjoui de la venue d’une entreprise de noix muscade dans son village. Il y apporte volontiers ses récoltes de noix et de macis car il a trouvé en Verstegen un client fiable qui lui paie bon prix. Il y gagne aussi le temps et le coût du déplacement qu’il aurait dû faire pour se rendre à Ambon vendre sa récolte. La réponse fuse lorsqu’on lui demande s’il sait pourquoi il est si important de livrer ses noix bien propres et bien sèches. C’est qu’il a déjà beaucoup appris sur la qualité de la noix muscade.

La nouvelle entreprise représente de nouvelles chances pour la famille d’Abdul, de quoi le rendre plus confiant en l’avenir.


 

Une histoire sur fond de vanille

En Inde, au sud de Goa, dans l’état de Karnataka et près de la ville de Sirsi, se trouve le village de Hulgol. Bordé par la rivière Shalmala. Le site est particulièrement fertile et idéal, avec son climat tropical, pour la culture d’épices diverses. C’est dans ce village qu’est produite et conditionnée la vanille à l’arôme délicieux de Verstegen.

A 34 ans, Rajesh est marié à Madhura avec qui il a eu une petite fille du nom de Neha. Neha a 4 ans et va à l’école du village comme tous les enfants de cette région de l’Inde où pas moins de 80% de la population savent lire et écrire, un score supérieur à la moyenne nationale. Le plus grand souhait de Rajesh est de pouvoir vivre en paix avec sa femme et sa petite fille. La culture biologique de la vanille l’aide dans son objectif. Verstegen lui en donne un prix supérieur à celui du marché et participe aux investissements destinés au processus continu d’amélioration de la qualité.

La vanille est produite par une orchidée qui ne fleurit qu’un seul jour, 12 heures au cours desquelles la fertilisation doit impérativement avoir lieu. Au bout de 9 mois, les grosses gousses du vanillier sont récoltées encore vertes puis soumises à un long processus de fermentation et de séchage de trois mois jusqu’à ce qu’elles acquièrent une belle couleur brun noir et leur arôme si caractéristique. Chaque plante fournit de 1 à 1.5 kg de vanille par an. Rajesh est un paysan important au village. Il n’a pas moins de 16 000 vanilliers autour de chez lui. Il a aussi des accords avec d’autres villageois regroupés en coopérative, qui se consacrent, comme lui, à la culture 100% biologique, et à qui il fournit aussi de la vanille.
 
La vanille destinée à Verstegen est conditionnée tout spécialement par ses soins pour en garder toute la saveur et l’arôme caractéristiques jusque dans votre cuisine.